Emploi et insertion des jeunes: nos propositions phares

Publié le par Les Jeunes Socialistes du Territoire de Belfort

 

timthumb.php-copie-1

 

Parcours d'autonomie
 
- Mettre en place une allocation d'autonomie pour permettre à tous les jeunes de vivre dignement (environ 800 euros en comptant les APL) en suivant ou en reprenant une formation, sans avoir à cumuler emploi et travail. 
- Créer dans tous les lycées une cellule "école insertion" qui assure le suivi de tous les anciens élèves dans les trois années qui suivent la sortie du système éducatif, pour savoir où en est le jeune (études supérieures, emploi, chômage, contrats précaires) et favoriser le retour en formation pour ceux qui sont sortis sans qualification ou qui souhaiteraient reprendre une formation.
Dispositif Rebonds. Financer une formation à tous les jeunes sans qualification en leur permettant de bénéficier dans le même temps de l'allocation d'autonomie et d'insertion.
Service civique universel qui permette à chaque jeune, quelque soit son appartenance sociale, de s'investir dans un projet de son choix au service de la société.


Agir pour l'emploi des jeunes
 
- Créer 200 000 emplois "verts d'avenir" de 3 à 5 ans pour opérer la mutation écologique de notre économie et offrir une première expérience et une formation dans les secteurs d'emploi de demain
- Tout jeune ayant été salarié doit pouvoir toucher un revenu d'insertion (RSA) une fois qu'il ne bénéficie plus des allocations chômage et cela quel que soit son âge.
- Créer un pôle public de lutte contre les discriminations à l'emploi qui permettra la collaboration des services de police, du pôle emploi, des inspecteurs du travail et des magistrats afin de détecter et sanctionner les employeurs qui refusent de rencontrer des candidats pour des motifs subjectifs.
- Introduire un encadrement strict des stages qui doivent être un temps de formation, et interdire les stages qui ne sont que des emplois déguisés.
Faire du CDI la norme en introduisant une surcôte progressive des cotisations patronales en fonction du pourcentage d'emplois précaires dans l'entreprise (intérim, CDD, temps partiel). Conditionner la signature de ces contrats pour hausse temporaire d'activité à l'accord de l'inspecteur du travail ou du délégué syndical.
- Mener une ambitieuse politique salariale: augmenter les salaires, encadrer les écarts de revenus (échelle de 1 à 7), lutter contre les inégalités hommes-femmes, conditionner les exonérations de cotisations à la signature d'accord de branche et à la définition de grille salariale qui reconnaissent les qualifications des salariés.

Publié dans Généralités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article