Etat des lieux de la jeunesse française (11) : quelques conclusions à tirer…

Publié le par Les Jeunes Socialistes du Territoire de Belfort

La jeunesse en tant qu’entité prise dans son ensemble est exposée à des problématiques communes, mais qui s’appréhendent de manière différente selon l’origine sociale, le sexe, le parcours scolaire, etc. Cependant, il existe bel et bien une problématique générale qui est celle de l’insertion dans la vie active dans les meilleures conditions.

 

L’objectif d’une politique publique cohérente en matière de jeunesse serait de créer un pilotage unifié autour de l’éducation et de la formation, deux entités aujourd’hui séparées en termes de compétences entre collectivités (notamment les Régions) et le Ministère de l’Education nationale. Première incohérence à résoudre.

 

Ensuite, d’autant plus en ce qui concerne l’insertion professionnelle en tant que telle, la multiplicité des intervenants empêche l’émergence de solutions cohérentes : Pôle Emploi, les diverses structures du Conseil général, la multiplication des contrats aidés créés par l’Etat, les réseaux universitaires et des grandes écoles, les sociétés de recrutement et d’intérim, etc. constituent une myriade de clés qui ne sont pas adaptées à tous et qui brouillent la lisibilité du système d’insertion. Seconde incohérence à résoudre.

 

Enfin, en ce qui concerne les conditions de vie des jeunes, qui se résument finalement en la problématique de l’accès à l’autonomie, la constitution de « volets jeunes » dans les politiques de logement, de santé, culturelles, etc. font que les problématiques des jeunes sont appréhendées comme une partie des politiques publiques et jamais comme une problématique propre. Troisième incohérence à résoudre.

 

Un "service public de l’accès l’autonomie", aux côtés de l’éducation nationale et d’un service public de l’insertion professionnelle dôté de réels moyens, pourrait avoir ce rôle de portail transversal qui manque tant pour appréhender les difficultés des jeunes de manière globale – ce service public éventuellement prestataire d’une allocation globale « d’accès à l’autonomie ».

 

 

D'après la note originale de Jérémie Cholley (secrétaire adjoint de la section PS de Belfort à la jeunesse)

Publié dans Idées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article