Gouvernement : les jours du ministre Joyandet sont comptés

Publié le par Les Jeunes Socialistes du Territoire de Belfort

Article du quotidien Le Pays (paru le 2 juillet 2010)

 

L'étau se resserre autour d'Alain Joyandet qui devrait être sacrifié lors du remaniement ministériel annoncé pour octobre.


Plusieurs éléments jouent contre le secrétaire d'État à la Coopération et à la Francophonie. On n'oublie pas à Paris que la Franche-Comté, longtemps donnée comme l'une des régions pouvant basculer de gauche à droite, est finalement restée aux mains des socialistes. Le conseiller régional et maire de Vesoul Alain Joyandet (UMP) n'a pas réussi son pari, alors qu'il avait utilisé tous les ressorts pour s'imposer, y compris une communication excessive et partisane sur le plan de relance avec lequel il jouait au Père Noël avec la complicité active de l'ancien préfet de Région, Jacques Barthélémy.


Ensuite, tout le monde se souvient de son périple à
116 500 EUR en jet privé, début avril, à l'origine d'un rappel à l'ordre de François Fillon quant à l'utilisation des moyens de l'État. On en parle encore aujourd'hui de ce fameux voyage, devenu une « référence » dans le registre de « ce qu'il ne faut surtout plus faire ». Selon Le Figaro, le président de la République n'a pas fait mystère devant les députés UMP de procéder à « une grande lessive gouvernementale » en octobre.


« Certains comportements ministériels ne m'ont pas plu. J'en tirerai les conséquences sévèrement au moment qu'on aura choisi avec le Premier ministre », aurait avancé Nicolas Sarkozy énumérant les motifs de son courroux : avions, cigares, critiques de la nature des hôtels... Des propos elliptiques qui, selon Le Figaro, visent directement au moins trois membres du gouvernement : Alain Joyandet, Christian Blanc et Rama Yade.


De plus, le secrétaire d'État franc-comtois s'est emmêlé les pinceaux avec l'agrandissement de sa villa de Grimaud, près de Saint-Tropez. Le Canard Enchaîné en remettant une couche toutes les semaines, Alain Joyandet et son épouse Martine ont finalement enterré le permis de construire litigieux. Il est vrai que l'hebdomadaire satirique a reproduit la preuve de l'irrégularité du document.


Choisir entre deux mandats


Quand on sait, en plus, que le président de la République veut réduire sensiblement le nombre de ministères et de secrétariats d'État, on ne donne pas cher de la survie au gouvernement d'Alain Joyandet. Interrogé hier sur le sujet, l'intéressé a répondu : « pour l´instant, je suis plongé dans mon action gouvernementale et je me consacre à mon travail », sans plus de commentaires.


Quoi qu'il en soit, en quittant le gouvernement, Alain Joyandet redeviendra automatiquement député et devra choisir entre le mandat de conseiller régional et celui de maire.


Celui de conseiller régional ne semble pas lui convenir. Lors de la dernière session plénière, il n'est resté qu'une heure et demie pour aller assister à un mariage dans le sud. Il serait donc plutôt enclin à garder son mandat de maire qu'il n'a d'ailleurs pas cédé à Alain Chrétien contrairement à ce qui était prévu. Ce dernier en est d'ailleurs très contrarié et envisagerait de quitter Vesoul.

 

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article