L'Oedipe décomplexé des Bachelot

Publié le par Les Jeunes Socialistes du Territoire de Belfort

Série "Des ministres qui se servent plus de l'Etat qu'ils ne le servent" (9/9)

 

roselyne_bachelot_reference.jpg

 

On en parle peut être le moins, et pourtant, il s'agit souvent de l'une des pires. Non pas qu'elle soit hors la loi, elle. Mais elle est bien en dehors de la moralité. La moralité républicaine. La seule qui vaille pour l'Etat.

 

Pour mieux comprendre, reprenons l'encart de Marianne du 19 juin (qui a inspiré cette série, dont notre MInistre de la santé est l'ultime épisode) :

 

A 41 ans, Pierre Bachelot a du mal à couper le cordon avec sa maman. Depuis qu'il est en âge de travailler, le petit Pierre est accroché à ses jupes. En 1994, alors que Roselyne Bachelot est députée, Pierre décroche un emploi d'assistant parlementaire... auprès de sa mère ! Une carrière qui durera 8 ans, jusqu'en 2002. Là, il devient conseiller parlementaire... du ministre de l'écologie qui n'est autre que... sa mère ! De 2004 à 2007, Pierre s'émancipe, devenant responsable des relations institutionnelles d'un groupe industriel de l'environnement. [...] A la mi-2007, Pierre et sa maman se retrouvent : elle est ministre de la santé et il en devient son conseiller parlementaire.

 

Depuis le 1er juin 2010, le jeune homme diplomé de l'institut supérieur des arts de Paris est "responsable de plaidoyer de la santé dans toutes les institutions publiques" à l'INPES, organisme rattaché au ministère de la santé. Un poste nouvellement créé et pour lequel Pierre toucherait 50 000 € annuels plus primes d'encadrement.

 

L'arrivée de ce "fils de" à l'INPES passe mal. Les réorganisations au sein de l'agence [...] ne se déroulent pas sereinement [...]. Selon une source proche [...] le poste offert au fils Bachelot était au départ destiné à un salarié de l'INPES qui aurait été, comme on dit, fortement découragé...

 

 

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article