La République des copains

Publié le par Les Jeunes Socialistes du Territoire de Belfort

Elections cantonales 2011 / Actualités / Belfort-Centre

 

Dans la presse de ce mercredi, nous apprenons que le Centre « 15 » du Samu de Belfort sera maintenu. Si nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle, force est de constater que Damien Meslot, député et candidat à sa succession dans le canton de Belfort-Centre, fait une manœuvre politique savamment orchestrée au sommet de l’UMP, que la jolie photo de famille parue dans la presse illustre avec force.

 

 

Evidemment, il ne rapporte pas l’importante mobilisation des élus du Territoire de Belfort sur ce dossier : la Majorité départementale a voté une motion au Conseil général, Jean-Pierre Chevènement devait s’entretenir du problème avec Xavier Bertrand dans les prochains jours, etc.

 

Une posture « schizophrénique »

 

Ainsi, une remise en contexte s’impose : la disparition du Centre « 15 » avait été annoncée par une décision de l’Agence régionale de santé du 24 juin dernier, une institution chargée de rationnaliser les moyens sanitaires et médico-sociaux dans les régions et créée par la loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires », votée par Damien Meslot lui-même.

 

Dès lors, il est navrant de constater sans cesse que Damien Meslot casse des services publics en tant que député du groupe UMP à l’Assemblée nationale, et cherche à tout prix à en recoller les morceaux, à grand renfort d’effets médiatiques, quand il rentre dans le Territoire de Belfort. Cette posture schizophrénique nous interroge, car les décisions prises sont naturellement incohérentes et uniquement le fruit de petits arrangements entre amis, avec Xavier Bertrand notamment.

 

Les difficultés demeurent dans l’avenir

 

Pour notre région, et l’Aire urbaine au moins, les problèmes subsistent. Le Parti socialiste du Territoire de Belfort défend un Centre « 15 » de l’Aire urbaine qui permette d’assurer à la fois un meilleur service des urgences dans le Territoire de Belfort, à Montbéliard et Héricourt, mais également d’en garantir la pérennité au-delà des promesses de campagne. En somme, il s’agit de mettre en place une vraie stratégie à l’échelle de notre bassin de vie – avec le site médian de l’hôpital comme fer de lance – et qui doit se concrétiser par un « territoire de santé » à part entière, enjeu majeur sur lequel nous aimerions que Xavier Bertrand et son ami député se prononcent.

 

 

 

Or, le principal objectif de cette décision est moins de développer une logique à long terme de l’organisation des urgences, mais plutôt de sauver le soldat Meslot dans son canton de Belfort-Centre. Pas sûr, cependant, que les propos contradictoires du candidat Meslot, qui inonderont vraisemblablement le canton dans les prochains jours, garantissent sa réélection !

 

   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article