Pourquoi jeunesse faut-il s’inscrire sur les listes électorales?

Publié le par Les Jeunes Socialistes du Territoire de Belfort

Pour nous jeunes la politique et tous les enjeux qui en découlent peuvent être abstraits, voir même repoussants. Exception faite des élections présidentielles, ou le taux de participation des jeunes se situe au même niveau que de nos ainés, nous les jeunes  allons moins voter que la moyenne.

 

 

Si les élections présidentielles ne sont pas boudées par les jeunes générations, c’est tout simplement à cause du matraquage médiatique opéré pour ces élections et du sentiment d’importance qui en découle . De part ce fait on se sent obligé d’aller voter, cela faisant plus de six mois qu’on entend parler jour et nuit de ces élections, et son droit de citoyen se transforme dans l'imaginaire collectif en devoir. 

Malheureusement en dehors de cette parenthèse quinquennale il ne faut pas se leurrer la participation électorale des jeunes laisse a désirer. A mon avis le problème ne réside pas dans l’engagement. Non les jeunes aujourd’hui ne sont pas moins engagés qu’avant; par exemple un jeune sur deux déclare être déjà allé manifester. J’invite même ceux qui disent que la jeunesse se dépolitise a aller faire un tour sur les fameux réseaux sociaux (essentiellement facebook). Ils seront étonnés de voir que au delà des publications «kikoulol» les jeunes se sont réappropriés à leur manière la démocratie directe. En effet durant le fort de la mobilisation contre les retraites il n’y avait pas une page facebook sans un statut donnant l’avis de l’utilisateur vis a vis de la réforme, de la mobilisation. Ainsi si le militantisme traditionnel se maintient (le nombre d'adhérents aux partis jeunes se maintient voir augmente) il faut ajouter à ce dernier une forme nouvelle, plus subtile, plus moderne de l’engagement. 

Cependant le fait d’avoir un avis et de l’exprimer n’est pas synonyme d’aller voter et c’est bien cela le problème. Si ces jeunes n’ont rien perdu de leurs «politisation» ils sont dégoutés par les modes traditionnels d’expression. Et bien avant l’acte de vote, le désamour entre politique et jeunes commence tôt, avec les outils institutionnels mis  à disposition des citoyens. Ainsi voyons nous un jeune assister à un conseil de quartier? A  prendre la parole au début d’un conseil municipal? A fortiori lors d’une séance de l’assemblée générale ou régionale? Non, et au delà de la question de l’âge cela est compréhensible, en effet il faut avouer qu’à moins d’être un passionné de politique ou encore un retraité il est bien rare de trouver la motivation et le temps d’aller assister a ces réunions, longues ennuyeuses et fastidieuses. C’est pour cela que la nécessité de rénover les outils de démocratie directe est indéniable. 

 

Il ne faut pas non plus tomber dans la caricature, par exemple en mars 2010 le gouvernement a lancé une grande opération sur skyblog pour aller au contact des jeunes en créant un blog nommé «WAKA» (http://www.skyrock.com/waka/ ). Le principe est simple, plusieurs rubriques présentant: les droits des jeunes, les nouvelles lois nous concernant directement, et des sondages d’une question. L’idée sur le fond peut paraitre bonne mais la où le gouvernement s’est ridiculisé c’est en utilisant un langage «jeune» ainsi voici le type d’expressions trouvables sur le site: «T’as envie de donner de ton temps aux autres, d’agir et de vivre une expérience humaine géniale ? Tente le service civique ! » ou encore «lachez vos comm’».  Nous ne sommes pas dupes, bien qu’utilisant le langage sms, nous savons qualifier l’importance des sujets et s’exprimer selon la sorte.

 

C’est donc par une manière maladroite que la politique et les questions d’actualité viennent aux jeunes. Mais pour les inciter à aller voter il ne faut pas seulement faire semblant de nous écouter, nous jeunes. Il faut au delà nous démontrer l’aspect important d’une élection, l’aspect noble de la politique. Non la politique n’est pas seulement une bande de «tous pourris» ou encore de «tous les mêmes» , non la politique c’est un idéal la politique c’est se battre pour tous et non que pour soi. En son temps Aristote a bâti son raisonnement selon un principe simple: tout est politique . L’acte politique au sens large nous entoure. La politique institutionnelle quand a elle présente des formalités nécessaires a son bon fonctionnement. Des formalités telles que l'élection.

Bien sur une voie ne changera pas l’avenir (quoi que...), mais un bulletin glissé dans l’urne représente beaucoup de choses. 

Tout d’abord un respect envers notre histoire et cette république bâtie presque par hasard, en effet initialement la IIIeme république était destiné a consacrer la monarchie mais suite à la mort des deux prétendants au trône de France en même temps les républicains ont pu prendre le contrôle des assemblés. 

Il représente aussi la légitimité, la légitimité de pouvoir dire «je n’ai pas choisi ce représentant» et de pouvoir par la même critiquer ce dernier en tout état de cause.

Il représente aussi la possibilité de contribuer au choix de son avenir. Car non la gauche et la droite ce n’est pas la même chose. Il suffit pour cela de voir les 35h, la culture pour tous et l’abolition de la peine de mort pour comprendre que cela n’a rien avoir avec le bouclier fiscal, et «la culture pour chacun» prônés par la droite. Ainsi aller voter a des conséquences. 

Il représente enfin notre volonté future de changement, car oui nous jeunes avons un rôle à jouer, si ce n’est que par une participation massive, en prouvant notre présence et notre force électorale nous allons verser de nouvelles aux débats, en nous montrant comme une vraie force les hommes politiques ne pourront plus se passer de nous et devront forcément se heurter à nos problématiques, chose qu’ils essaient d’éviter à tout prix en tant normal. 

 

Car oui la jeunesse aujourd’hui est complexe, comme de tout temps en faite, elle n’est pas forcément révolutionnaire ni même altruiste, mais elle est politisée et engagée. Il n’y a pas un jeune mais des jeunes. Allons voter, allons montrer notre existence, offrons nous une place au centre du débat.

A.C.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article